Cryptoparty4Kids @ Hack.lu : apprendre à sécuriser un trésor via l’usage de capteurs et de robots

IMG_2800_opt.jpg

Une Cryptoparty4Kids a eu lieu dans le cadre du Mois Européen de la Cyber-sécurité, le mardi 18 octobre 2016 lors de la conférence Hack.lu organisée au sein de  l’Alvisse Parc Hôtel, Luxembourg-Dommeldange. Cet événement permet aux enfants de comprendre les technologies de communication qui font leur quotidien ainsi que les méthodes de protection qui existent.

Au total, une dizaine d’enfants âgés de 7 à 12 ans se sont réunis dans le cadre de cette action liée à l’initiative BEE SECURE. L’atelier a été animé par les experts en sécurité de l’information de SECURITYMADEIN.LU.

L’objectif de cette Cryptoparty4Kids était de protéger la mascotte de la conférence Hack.lu. Comment ? En utilisant des capteurs et robots interagissant entre eux. La salle était divisée en 3 zones correspondant à l’ordre dans lequel devait être effectué le parcours permettant de sécuriser cette mascotte. Chacun des 3 groupes d’enfants devait alors programmer différents objets via l’usage de la plateforme Scratch.


Retour sur les différents objectifs :

 

-        Objectif du groupe 1 : programmer un capteur capable de repérer un intrus et de le signaler via l’émission d’un son.

 

-        Objectif du groupe 2 : programmer un microphone réceptif au son de l’alarme activée dans la zone 1 qui déclenchera l’allumage de LED.

 

-        Objectif du groupe 3 : programmer un robot (Makeblock) commençant à rouler lors de l’allumage des LED de la zone 2 et ayant pour mission de cacher le trésor dans une boîte en suivant un tracé au sol.

 

« Cryptoparty4Kids se fonde sur l’expérience que nous avons construite dans le cadre des événements Hack4Kids, qui ont toujours été organisés au Grand-Duché de Luxembourg au bénéfice des enfants. En se concentrant davantage sur la cryptographie et la sensibilisation à la problématique des données à caractère personnelle, les enfants pourront faire un usage responsable et sécurisé de l’internet», explique Matthieu Farcot de SECURITYMADEIN.LU.