Discours de haine sexiste

Nous avons souvent le sentiment que le sexisme est un phénomène qui appartient au passé. Malheureusement, les apparences sont trompeuses : le discours de haine sexiste est omniprésent. Dans ce dossier, nous expliquerons ce qu'est le sexisme et nous verrons si le discours de haine sexiste est illégal au Luxembourg. Nous décrirons également les différentes stratégies sexistes utilisées sur Internet et nous donnerons des conseils pour se défendre de ce type de harcèlement.

Qu'est-ce que le sexisme ?

Nous désignons par sexisme la discrimination des femmes et des filles en raison de leur genre. Bien que de nombreuses étapes vers l'égalité entre hommes et femmes ont été réalisées ces dernières années, le sexisme est encore un phénomène fréquent, solidement ancré dans notre société. En effet, selon un sondage de l'European Union Agency for Fundamental Rights (2014), 67 pourcent des femmes au Luxembourg ont déjà vécu une forme de harcèlement sexuel. La moyenne de l'UE était de 55 pourcent. Ce harcèlement peut avoir lieu en public, au travail, à l'école, au sein de l'environnement social - ou sur Internet. Les jeunes femmes sont particulièrement confrontées aux agressions sexistes. Le spectre des agressions va de propos dénigrants, d'insultes sexuelles à la publication de prise de vue nues originales ou manipulées, en passant par les menaces ou approbations de violences sexualisées.

Les femmes qui s'expriment politiquement, à savoir les femmes politiques, journalistes et activistes, sont particulièrement concernées. On peut régulièrement observer que les femmes sont critiquées de manière différente par rapport à leurs collègues masculins : leur physique et leur style vestimentaire sont plus souvent critiqués, sans oublier que leur autodétermination sexuelle est souvent remise en question. Le quotidien britannique The Guardian a voulu savoir quels journalistes, hommes et femmes, étaient le plus confrontés au discours de haine. Malheureusement, le résultat était tout sauf surprenant : parmi les dix journalistes les plus exposés à la haine se trouvaient huit femmes. Les deux autres étaient des hommes noirs.

Les femmes et filles "connues" ne sont pas les seules à devoir faire face au sexisme sur Internet. En effet, même lors de leur utilisation quotidienne, elles peuvent devenir la cible de discours de haine sexiste lorsqu'elles s'expriment publiquement. Surtout dans les "domaines masculins", tels l'informatique ou les jeux vidéos, les femmes sont souvent victimes de discours de haine sexiste. Les gameuses sont particulièrement souvent insultées lorsqu'elles sont meilleures que les hommes et leur volent la vedette. Ce n'est pas nécessairement parce qu'il existe quelques sexistes convaincus, mais parce qu'il existe dans notre société toujours de nombreuses structures sexistes.

Le discours de haine sexiste est-il illégal ?

Au Luxembourg, les poursuites pénales du Hate Speech sont réglementées par les articles 454 à 457-4 (chapitre VI "Du racisme, du révisionnisme et d'autres discriminations") du code pénal. Pour que les actes aient une portée pénale, les critères suivants doivent être réunis :

  • Il doit s'agir d'une incitation à la haine ou à la violence, concernant une personne physique ou morale, un groupe ou une communauté. En cas de discours de haine sexiste, la discrimination se porte surtout sur le genre, mais les discriminations envers les situations familiales sont également punissables et concernent souvent les femmes.
  • Cette incitation à la haine ou à la violence doit être concrétisée par une communication publique, p.ex. des propos oraux ou écrits dans un espace public, des images ou des affiches.

A quoi peut ressembler le discours de haine sexiste ?

Comme tout type de Hate Speech, le discours de haine sexiste peut avoir différentes formes. Nous décrivons ici quelques formes, mais il faut savoir que les frontières entre les différentes formes s'estompent souvent et qu'il existe également des formes mixtes de ces stratégies.

Injures

Les injures sont des insultes ou des moqueries publiques d'une personne. Le discours de haine sexiste mise ici surtout sur les jurons de connotation sexuelle.

Menaces

Il peut s'agir de menaces portant atteinte au corps, à la liberté, à l'honneur ou la destruction de l'existence économique ou du statut social. Le but des menaces est de faire peur à la victime. Dans le cas extrême, il se peut que la victime de discours de haine sexiste n'ose plus sortir de chez elle ou souffre de troubles anxieux ou du trouble de stress post-traumatique. En cas de discours de haine sexiste, il s'agit dans la plupart des cas de menaces portent souvent sur la sexualité de la victime ou de menaces de violence sexualisée.

Contrainte

La contrainte consiste à forcer une personne en utilisant la violence ou les menaces pour qu'elle se comporte d'une certaine manière. Un exemple serait : "Si tu continues à écrire de tels articles, je publierai des photos désavantageuses de toi sur le net."

Stalking

Le stalking fait référence à la poursuite ou le harcèlement d'une personne contre son gré et pendant une certaine période. Cela peut être en personne, par téléphone ou sur Internet. Le stalking en ligne peut par exemple consister à commenter (de manière négative) toute activité sur un réseau social. Pour les personnes concernées, le stalking représente une pression psychique énorme.

Mansplaining

Le terme "Mansplaining" se compose des mots anglais "man" (en français "homme") et "explaining" (en français "expliquer") et désigne le comportement de nombreux hommes qui souhaitent "expliquer le monde" aux femmes. D'une part, ils expliquent des choses qui font partie de la culture générale, d'autre part, ils veulent briller avec leurs connaissances spécifiques sans que l'on leur ait demandé. Cette situation est très éprouvante pour les femmes qui travaillent dans des domaines masculins, car leurs connaissances et leurs talents ne sont pas reconnus. Même si, dans la plupart des cas, le "mansplaining" part d'une bonne intention : la tendance à sous-estimer l'intelligence et les connaissances des femmes et des filles est sexiste - même si elle est largement répandue.

Bodyshaming

Le "bodyshaming" consiste à blâmer une personne pour l'apparence de son corps. En font partie les commentaires violents ou insultants concernant la taille, le poids, le style vestimentaire ou le physique d'une personne. Les femmes et les filles sont plus touchées par le bodyshaming que les hommes et les garçons. Le bodyshaming est souvent utilisé comme stratégie pour faire taire les femmes. En effet, son but est que les femmes et les filles aient honte et qu'elles se retirent d'une discussion. Dans notre société, la valeur des femmes est souvent mesurée par rapport à leur attractivité pour les hommes - ce qui est une entrave à la liberté des femmes.

Slutshaming

Le "slutshaming" est une stratégie sexiste qui consiste à dénigrer et à déstabiliser les femmes et les filles. En raison de leur style vestimentaire et de leur mode de vie, elles sont considérées comme une "slut" (terme anglais méprisant pour une femme qui vit sa liberté sexuelle). La liberté sexuelle, réelle ou supposée, est considérée comme négative. Un exemple connu est l'insinuation qu'une femme a couché pour accéder à un poste à responsabilités.

Victim Blaming

Le terme "Victim Blaming" (en français "faute de la victime") est utilisé lorsque les femmes ou les filles victimes de violence sexualisée ou de sexisme sont tenues pour responsables de ce qu'elles ont subi, en raison de leur physique ou de leur style vestimentaire.

Dans la scène de blogging germanophone, la page hatr.org a vu le jour. Grâce à des plugins, les commentaires haineux sont supprimés des différents blogs et publiés sur hatr. Cette démarche permet d'une part de documenter la grande quantité de commentaires haineux et, d'autre part, récolter des fonds pour des projets féministes grâce aux publicités.

Comment reconnaître le discours de haine sexiste ?

Pour reconnaître le sexisme sur le net, il suffit de faire le test "DON". DON signifie "Dégradation, Objectification, Naturalisation". Ces termes s'appliquent de manière suivante :

  • Dégradation : les hommes sont meilleurs que les femmes.
  • Objectification : les femmes sont représentées ou traitées comme des objets ou comparées à ceux-ci (notamment dans les publicités).
  • Naturalisation : les hommes et les femmes sont représentés comme des catégories naturelles immuables, les différences sociales entre hommes et femmes devraient donc être acceptées comme "naturelles".

Bien souvent, il suffit de se poser la question si vous acceptiez une représentation d'un homme dans la même pose ou dans le même rôle - étonnamment, de nombreuses choses qui sont imposées aux femmes paraissent vite absurdes lorsque l'on inverse les rôles de genres. Un excellent exemple de l'absurdité de ces modèles sexistes est la page Facebook "Man who has it all", qui inverse l'image sociale père-mère.

Que puis-je faire ?

Si vous souhaitez réagir au discours de haine sexiste, il existe plusieurs stratégies :

Ne pas se sentir personnellement visé(e)

En effet, en tant que victime de discours de haine sexiste, essayez de ne pas en faire une affaire personnelle. Les insultes sont plutôt liées à la personnalité du hateur qu'à votre personne ou à vos arguments. Cependant, il ne faut pas sous-estimer l'impact du Hate Speech même si vous pensez avoir une "bonne carapace". En effet, être exposé(e) aux agressions sexistes est éprouvant.

Ne pas participer et témoigner sa solidarité

De nombreuses stratégies sexistes fonctionnent uniquement avec un public (p.ex. le mobbing). Ainsi, tous ceux qui lisent les commentaires en font partie, même s'ils ne participent pas activement. Raison pour laquelle il est important de témoigner sa solidarité et de contredire les commentaires insultants ou harcelants. Il est recommandé de parler des hateurs et non pas de s'adresser à eux, et d'encourager les personnes concernées. Une autre excellente stratégie est d'écrire quelque chose sur le sujet initial et de montrer ainsi aux hateurs que leurs commentaires ne sont pas intéressants.

Le contre-discours

Il peut également être utile de réagir au discours de haine sexiste par un contre-discours. Ainsi, vous montrez non seulement aux lecteurs que le sexisme ne peut rester sur le net sans être contesté, mais vous faites également preuve de solidarité à l'égard des femmes et des filles concernées. Il existe de nombreuses stratégies différentes pour discuter avec les personnes qui répandent le Hate Speech. Vous trouverez des conseils utiles dans notre dossier sur le contre-discours. Vous ne devrez toutefois jamais oublier de vous protéger vous-même : il est important de ne pas se surestimer, de reconnaître ses propres limites et de les respecter. Nous avons également rassemblé quelques recommandations sur l'auto-protection.

Trouver de l'aide

Vous avez été victime de Hate Speech ? Vos amis ou vos proches sont concernés ? Vous êtes témoin de propos discriminatoires graves envers un groupe de personnes sur Internet ? Cliquez sur ce lien pour savoir comment et où trouver de l'aide.

Signaler

Le Hate Speech (resp. le racisme,le révisionnisme et la discrimination, tous des infractions interdites par la loi au Luxembourg) peut être signalé anonymement auprès de laBEE SECURE Stopline. Vous trouverez le formulaire de signalement en français, en allemand et en anglais sur https://stopline.bee-secure.lu/.

 

Téléchargement

pubthumb-SHARE-RESPECT--SEXISME-FR.png

PDF iconBEE SECURE - SHARE RESPECT - SEXISME-FR.pdf

Sources :