Le porno... et autres formes de nudité sur Internet

Sex sells – en ligne et hors ligne. Avec la création du World Wide Web au début des années 90, tout chacun a eu accès à Internet, et la pornographie sur le net est devenue un média de masse. Alors qu'il fallait jusqu'alors se rendre dans un sexshop ou dans l'espace réservé aux adultes d'une vidéothèque pour avoir accès à ces contenus, il suffit aujourd'hui d'un seul clic pour les visionner. Ou de deux, si l'on souhaite contourner la « barrière de l'âge »...

La pornographie sur la Toile d'aujourd'hui

Si l'on est à la recherche de contenus pornographiques sur Internet, on en retrouve facilement : il suffit de taper « porno », « sexe » ou « XXX » dans n'importe quel moteur de recherche pour obtenir d'innombrables résultats. Même celui qui n'en recherche pas explicitement risque d'être confronté à la pornographie si l'accès à Internet n'est pas filtré. Par exemple, par des fenêtres pop-up au contenu érotique, des publicités envoyées par e-mail ou une recherche par mot-clé ambiguë. Rien que pour cette raison, il est important d'utiliser des logiciels de contrôle parental chez les enfants de moins de 12 ans.

Pendant la puberté, la curiosité pour la sexualité est éveillée. Vue la sexualisation prononcée chez les adolescents dans les médias et la société, il n'est pas étonnant de voir que la pornographie en fait partie. Les formateurs de BEE SECURE visitent chaque année plus de 600 classes scolaires au Luxembourg et confirment la tendance actuelle : en septième, à savoir à 12-13 ans, tous les enfants ont déjà été en contact avec des contenus pornographiques, volontairement ou involontairement.

En ce qui concerne la consommation de matériel pornographique chez les adultes, les résultats de diverses études internationales varient fortement. Une chose est sûre : la pornographie n'est plus un sujet tabou mais une industrie en pleine croissance qui a trouvé sa place au sein de notre société. Et même si le groupe cible est en théorie un groupe adulte avec une expérience sexuelle, il existe tout de même de nombreux consommateurs de porno mineurs. Raison suffisante pour se pencher plus précisément sur le sujet.

Que dit la loi luxembourgeoise ?

Posséder du matériel pornographique n'est en principe pas interdit. A condition qu'aucune personne mineure n'a participé à la production du matériel.
La possession et la divulgation de matériel pédopornographique sont interdites par la loi et sévèrement sanctionnées.

La loi interdit également la vente ou la distribution de matériel pornographique à des mineurs. Mais rares sont les sites Web spécialisés qui contrôlent rigoureusement l'âge des internautes : un bouton confirmant que l'on a plus de 18 ans est souvent le seul "contrôle" sur Internet.

Pourquoi les pornos posent-ils problème ?

Les pornos sont des mises en scène

Les pornos ne reflètent pas la réalité, mais une image irréaliste dont le but est d’augmenter l'envie chez le spectateur.

Même les pornos « soft » restent problématiques, car ils représentent un rapport homme-femme non équilibré : la femme est représentée comme consentante et soumise, l'homme dominant et toujours prêt. Dans la plupart des pornos professionnels, le corps des acteurs fait également impression. Des bonnets double D et des sexes masculins plus grands que la moyenne peuvent fortement intimider les adolescents qui risquent ensuite de porter un regard critique sur leur propre corps.

Fausse source d'inspiration pour les jeunes

Le sexe pornographique est animé par l'instinct et l'envie et peut même avoir un caractère animalier, alors que l'aspect de « sexe par amour et affection » est complètement oublié. Ce n'est pas un modèle à suivre pour les jeunes non expérimentés. Sans parler de l'humiliation sexuelle, de la violence physique et des fétichistes dans les films hardcore.

Chez les spectateurs les plus jeunes, de telles images peuvent laisser de profondes traces. Leur développement sexuel peut être affecté par la pornographie. Une sorte d'émoussement peut également avoir lieu. Si l'on est habitué à la pornographie et au sexe hardcore, on ne trouvera plus rien d'abject à une photo de nu « banale ». L'envoi d'images intimes par téléphone portable et sur les réseaux sociaux (« sexting ») fait partie de la normalité pour la plupart des jeunes. L'inhibition quant au sexe et aux pratiques sexuelles spécifiques tombe également.

Risque de dépendance

Aujourd'hui, des études ont montré qu'une consommation élevée de matériel pornographique en ligne peut engendrer un comportement addictif. Le cerveau d'une personne concernée réagit à des images pornographiques de la même manière que celui d'un fumeur à des cigarettes ou celui d'un alcoolique à l'alcool. A long terme, le développement sexuel en est affecté et même des couples existants souffrent déjà de l'addiction au porno. Les attentes que l'on a envers un porno ne se réaliseront pas dans la vraie vie – ce qui signifie pour un consommateur régulier d'être toujours plus aspiré par la spirale de la dépendance.

Des procédés de production douteux

Internet grouille de sites pornos. Pour la plupart, il s'agit de portails de vidéos sur lesquels sont regroupés des films de différentes sources. Des productions de « haute qualité » copiées de manière illégale et mises gratuitement à disposition, aux vidéos amateurs de voyeurisme en passant par des petits films de sexe des pays exotiques tels que la Thaïlande ou les Philippines. Pour ces derniers notamment, le risque que les films aient été tournés sous des conditions inhumaine et, dans le pire des cas, qu'il s'agisse de pédopornographie, de trafic de filles ou d'esclavage sexuel est grand.

Les films téléchargés ne sont que très peu voire pas du tout contrôlés par les responsables de ces portails. Ainsi, il est possible que l'on consomme des contenus illégaux et soutient ainsi des activités criminelles sans le savoir.

La production, ainsi que la possession et le visionnage de contenus pédopornographiques sont punis par la loi. Si vous rencontrez tout de même des contenus pédopornographiques sur Internet, signalez-le à la BEE SECURE Stopline. Le signalement se fait anonymement et la Stopline assure que les contenus soient supprimés et, si possible, les criminels arrêtés.

Il existe également ce que l'on appelle les pornos « teen ». Dans ces films, on joue de manière intentionnelle avec la minorité prétendue et l'inexpérience des jeunes actreurs. Ils sont déguisés en petite fille ou petit garçon pour exciter leur partenaire sexuel et le spectateur dans un rôle soumis, rappelant souvent le viol.

Comment se comporter alors face aux pornos ?

 

En tant que parents

Tôt ou tard, tous les enfants seront en contact avec les pornos.

La sexualité n'est plus un sujet tabou, que ce soit à l'école ou dans le quotidien des jeunes. Ce qui est, en soi, une bonne chose. Cependant, beaucoup d'enseignants et d'adultes ignorent le rôle que joue la pornographie dans le développement sexuel des adolescents. Alors que d'un côté, les élèves assistent à un cours d'éducation sexuelle avec du matériel pédagogique adapté à leur âge, de l'autre côté, des films pornos hardcore, qui ne sont pas destinés aux enfants, circulent sur leurs Smartphones et ordinateurs.

Les formateurs de BEE SECURE ont constaté que dans les classes de septième au Luxembourg, en général, tous les enfants avaient déjà visionné des contenus pornographiques. Cela concerne les images pornographiques (photos, bandes dessinées et vidéos) et vaut autant pour les garçons que pour les filles.

Une communication adaptée à leur âge : discuter des pornos

Une différence est à noter dans la manière dont la pornographie est évaluée par les adolescents. Alors que les filles réagissent souvent de manière choquée et dégoûtée, les garçons se comportent différemment face à la pornographie. Cela ne signifie pas qu'ils ne seraient pas dépassés par les contenus, mais entre les garçons, il est considéré comme « cool » de regarder les vidéos répréhensibles et de les échanger au sein du groupe. Les garçons ont également plus tendance à consommer régulièrement du matériel pornographique.

Une bonne éducation sexuelle ne devrait pas éviter le sujet «porno». Au contraire : comme tous les jeunes seront tôt ou tard en contact avec la pornographie, il est important d'en parler ouvertement. Ce n'est qu'ainsi que l'on puisse être sûr que le développement des enfants ne sera pas affecté par les pornos et qu'ils les considèrent comme ce qu'ils sont : des mises en scène.

Enfants jusqu'à 10/12 ans – des filtres pour protéger les plus jeunes

Malheureusement, sur Internet, on trébuche très facilement accidentellement sur la pornographie. Il suffit qu'une fille de six ans fasse une faute de frappe lors de sa recherche sur la nouvelle poupée « Barbie » pour atterrir sur une page de téléphone rose. Les publicités pop-up sont souvent de nature érotique aussi et peuvent également apparaître sur des sites Web consultés par les enfants. Dans ce cas, le blocage des fenêtres pop-up peut aider : pour cela, il suffit d'activer tout simplement dans les paramètres du navigateur Web l'option « bloquer les fenêtres pop-up ».

Les logiciels de contrôle parental sont également un excellent moyen pour protéger les internautes les plus jeunes des contenus problématiques. Le marché offre un large choix de tels logiciels qui permettent aux enfants de consulter uniquement les pages Web adaptées à leur âge et à des périodes préalablement définies. Généralement, ces logiciels font régulièrement et automatiquement des mises à jour, de sorte que l'offre de contenu disponible soit sans cesse actualisée et élargie. Des logiciels de contrôle parental sont proposés pour tous les systèmes d'exploitation en version gratuite (p.ex. sur www.fragfinn.de ou directement via Windows) ou en versions plus poussées mais toujours abordables (p.ex. Dolphin Secure sur www.dolphinsecure.de).

Afin d'éviter des résultats choquants lors de la recherche sur le net, votre enfant devrait avoir recours aux moteurs de recherche pour enfants. Ils génèrent uniquement des pages Internet adaptées aux enfants. Des contenus choquants et non adaptés à l'âge de l'enfant n'apparaissent même pas.

D'excellents moteurs de recherche pour enfants sont p.ex. « Blinde Kuh » (www.blinde-kuh.de),
« Frag Finn » (www.fragfinn.de) ou
« Helles Köpfchen » (www.helles-koepfchen.de).
Les petits francophones trouveront leur bonheur sur www.babygo.fr ou www.takatrouver.net.

Pour les enfants très jeunes qui ne ressentent pas encore le besoin de faire leurs propres recherches sur Internet, les parents peuvent créer des « listes blanches » (également appelées « White List »). Grâce aux listes blanches, c'est vous qui déciderez des sites Web que votre enfant aura le droit de consulter. L'accès à tous les autres sites sera automatiquement bloqué. Idéalement, sélectionnez ensemble avec l'enfant les sites Web qui figureront sur la liste blanche.

Les possibilités de filtrage et les mesures de protection pour enfants peuvent fonctionner sur différents niveaux techniques. Les mesures les plus connues sont celles au niveau du système d'exploitation, du navigateur Web, du router et du fournisseur d'accès à Internet. Elles ont toutes leurs avantages et inconvénients.

Le dossier « Protection des jeunes sur Internet » de BEE SECURE offre une bonne vue d'ensemble : www.bee-secure.lu/fr/dossier-protection-des-jeunes.

En tant que parents, sachez qu'aucun logiciel de filtrage ne remplace l'échange avec l'enfant ou une bonne éducation médiatique.

Les adolescents à partir de 12 ans – au secours, mon enfant regarde des pornos...

Si vous découvrez que votre enfant regarde des pornos, sachez qu'il n'y aucune raison de s'affoler. Comme nous l'avons déjà expliqué, quasiment tous les enfants seront en contact avec des images pornographiques à l'âge de la puberté. Si votre enfant s'intéresse à de tels contenus, parlez-lui en, sans moraliser ou menacer de punition. Transmettez-lui que la sexualité est quelque chose de très positif, et qu'il ne faut pas confondre porno et sexualité. Expliquez-lui aussi que pour un porno, le travail est le même que pour un film d'action pour lequel on a recours à des acteurs et à des moyens techniques. La femme, réduite à un objet sexuel, toujours consentante et l'homme viril et dominant n'ont aucun rapport avec la réalité et ne sont en aucun cas des modèles auxquels les enfants devraient s'orienter.

Votre enfant doit vous faire confiance et savoir qu'il peut toujours s'adresser à vous. Parlez en toute tranquillité des expériences en ligne désagréables et des contenus problématiques. Expliquez-lui votre attitude face à la pornographie. Vous devriez lui faire clairement comprendre que visionner de tels contenus n'est en aucun cas une expression d'un « comportement d'adulte », et que c'est tout à fait normal que de telles images puissent dérouter.
Sachez qu'avec des interdictions générales vous n'obtiendrez pas grand chose. Au contraire : souvent, cela ne fait qu'augmenter l'intérêt et a pour but que l'enfant trouve d'autres moyens pour visionner des contenus interdits, comme chez les amis ou sur le téléphone portable.

 

En tant qu'éducateur / enseignant

L'éducation sexuelle fait partie du programme pédagogique, tandis que l'éducation médiatique reste actuellement encore une option. Dans les deux matières, le sujet « porno » a sa raison d'être.

Dans l'éducation sexuelle, car « regarder des pornos » fait partie du passage à l'âge adulte pour la plupart des adolescents. Dans l'éducation médiatique, car Internet et Smartphone sont de vrais multiplicateurs des contenus pornographiques. Dans le Cycle 4.2 (sixième année d'étude) ou en septième, il ne suffit pas d'expliquer aux jeunes la sexualité à l'aide de manuels et de matériel pédagogique. Cela ne veut pas dire qu'il faut regarder des films pornographiques en classe, mais que le sujet de la pornographique doit en tout cas être abordé. Et cela d'une manière sensible.

A un âge où les jeunes sont dépassés par ce qui se passe avec leur corps, la pornographie peut facilement transmettre de fausses valeurs et une fausse image de la sexualité. Les enfants et adolescents sans expérience sexuelle consomment des contenus qui sont dédiés à un public beaucoup plus mûr et expérimenté, et se repèrent à ces contenus.

Dans ce cas, le rôle de l'enseignant est de dire : « Ce que représentent les pornos ne correspond pas à la réalité. » Les pornos peuvent avoir un effet dissuasif, et savoir qu'ils ne devraient pas s'y repérer peut rassurer les enfants.

Pour soutenir cette thèse, les enseignants devraient renvoyer aux arguments discutés au point « Pourquoi les pornos posent-ils problème ? ».

 

En tant qu'adolescents

Les pornos ne reflètent pas la réalité et ne servent pas d'éducation sexuelle. Ce n'est pas parce que tes camarades de classe aiment regarder des pornos que toi aussi tu dois le faire.

Il existe des pornos « soft » et des films hardcore. Ces derniers n'ont rien à voir avec une sexualité normale. Ne te laisse pas influencer et ne les regarde pas.

Les pornos ne sont pas faits pour les jeunes, mais pour un public adulte et expérimenté sexuellement. Si tu t'intéresses à ta sexualité, sache que les pornos ne sont pas des films d'éducation sexuelle. Il existe sur Internet des films et des sites Web sur l'éducation à la sexualité qui illustrent très bien ce sujet, tels que www.loveline.de en allemand, ou www.onsexprime.fr en français.

Tu trouveras également d'excellentes informations dans le guide « Guide de la santé affective et sexuelle des jeunes » du Planning Familial luxembourgeois.

Le phénomène du « Sexting » est également très répandu. Il s'agit de s'envoyer mutuellement des photos et vidéos intimes via le téléphone portable. N'oublie pas : l'amour ne doit pas être prouvé par des photos de nu. Tu trouveras plus d'informations sur les raisons de s’abstenir du Sexting dans notre dossier thématique (www.bee-secure.lu/fr/themes/sexting). Si tu as reçu une photo intime sans que tu ne l'aies demandé, il est dans ton intérêt de la supprimer immédiatement. En effet, toute personne qui possède des photos de nu de mineurs ou de personnes non consentantes, ou qui transfère ou publie de telles photos, risque des sanctions.

 

En tant que consommateur adulte

Tout adulte qui consomme consciemment des contenus pornographiques sur Internet devrait se limiter à des sites Web légaux et sérieux. Les copies illégales que l'on télécharge sont souvent infectées de logiciels malveillants.

Il arrive que l'on soit également abordé par des jeunes femmes séduisantes qui incitent au cybersexe, p.ex. sur les réseaux sociaux. Il s'agit généralement de stripteaseuses professionnelles qui sont à la recherche de clients qui paient pour leur service, ou d’escrocs qui cherchent à persuader leur partenaire de chat à pratiquer des actes sexuels devant la webcam pour ensuite les faire chanter avec la publication des images enregistrées.

Dans tous les cas, il faut protéger les enfants des contenus sexuels. Une simple mesure est l’installation de comptes d'utilisateur indiviuels pour chaque membre de la famille. Il est ainsi possible d'activer pour les enfants p.ex. des filtres sur Internet, tandis que les comptes des parents sont protégés par un mot de passe et ainsi inaccessibles aux enfants.

En tous les cas : si vous rencontrez par hasard des contenus pédopornographiques sur Internet, signalez-le immédiatement (anonymement) à la BEE SECURE Stopline.

Themen (new) : 

Pornographie

Français
Pictogramm: 
surf.png