Assistants numériques : de nombreuses questions sur la protection des données et la sécurité

support-580298_1920.png

L'histoire semble absurde, mais elle est vraie : aux États-Unis, un présentateur de journal télévisé a fait en sorte que plusieurs personnes commandent des maisons de poupée - sans vraiment le vouloir ! La cause : l'assistant numérique "Amazon Alexa", présent dans de nombreux ménages américains sous forme d'appareil Amazon Echo. Un reportage s'intéressait au cas d'une petite fille qui, à l'insu de ses parents, avait commandé une maison de poupée et des gâteaux à l'aide de l'appareil. Le présentateur télé était visiblement ravi et a dit "J'adore quand la fille dit 'Alexa m'a commandé une maison de poupée !'". Les appareils Echo réagissent aux ordres dès que quelqu'un dit "Alexa" - raison pour laquelle le présentateur télé était la cause de nombreuses commandes sur Amazon.

Outre Alexa de Amazon, il existe de nombreux autres assistants numériques :  Siri de Apple, Cortana de Microsoft et Assistant de Google. Alors que Siri et Cortana sont jusqu'à présent uniquement disponibles sur ordinateurs et Smartphones, Alexa et Assistant sont déjà proposés sous forme de petits appareils équipés de micros et de haut-parleurs qui peuvent être disposés dans la maison. Cependant, il faut s'attendre à ce que Apple et Microsoft, ainsi que d'autres fabricants, suivent. Les petits boîtiers sont toujours connectés et écoutent à tout moment. Il est possible, par simple commande vocale, de lancer de la musique, de régler le réveil, de se faire lire les actualités, de commander des appareils Smart Home, et - au moins avec Amazon Echo - de faire ses courses en ligne sur Amazon. En Europe, l'appareil est pour l'instant uniquement disponible sur liste d'attente, mais on peut s'attendre à ce que les assistants numériques conquièrent le marché européen en 2017.

Si acheter un tel appareil vous traverse l'esprit, réfléchissez en amont si vous avez vraiment besoin d'un assistant numérique. Non seulement parce que vos enfants risquent de commander des gâteaux à votre insu, mais aussi pour des raisons de protection des données. Amazon Echo compte sept micros, tous à l'affût de la moindre commande vocale. Cependant, les utilisateurs ont aucun contrôle sur ce que l'appareil enregistre et envoie par exemple à des fins de test à Amazon. Des questions compliquées se posent également dans le cadre des droits civils, lorsque la police confisque par exemple les enregistrements d'un appareil Alexa pour élucider un crime. Car en temps normal, pour un telle "mise sur écoute", la police aurait besoin d'une autorisation judiciaire.

Aujourd'hui déjà, il existe toute une palette d'exigences quant à quoi s'attendre des assistants de l'avenir sans pour autant trop restreindre la vie privée des utilisateurs. Ainsi, il sera peut-être possible de couper les micros à l'aide d'un bouton sur l'appareil, lorsque l'appareil n'est pas utilisé. Nous déconseillons l'utilisation de tels appareils au moins jusqu'à ce que les fabricants réagissent à ces exigences, voire même que des lois soient écrites pour réglementer les assistants numériques. Dans tous les cas, l'utilisation d'un tel appareil doit être mûrement réfléchie et il est recommandé de le relier à un interrupteur à bascule pour pouvoir l'allumer et l'éteindre rapidement. Ainsi, vous êtes sûr que personne ne commande des gâteaux en cachette.

Sources :