Bracelets connectés : "Big Brother" au poignet ?

compo-copy-3.jpg

Depuis quelques années, les appareils qui permettent d'enregistrer les performances sportives ou l'état physique personnel ont le vent en poupe. Généralement, il s'agit de bracelets, tels que le très populaire "Fitbit", qui enregistrent chacun de nos pas et la fréquence cardiaque.

Ces appareils sont liés à des applications qui associent les données enregistrées aux informations concernant notre âge, poids, sexe, taille, etc., leur permettant ainsi d'établir des plans d'entraînement ou des profils de santé détaillés. Grâce à des notifications discrètes, ces applis aident à nous donner envie de faire plus de sport. Il est également possible d'échanger des données entre amis ou de publier ses performances sportives sur les réseaux sociaux.

Ces bracelets connectés sont-ils vraiment sûrs ?

En règle générale, les données collectées doivent être transmises à un Smartphone ou à un ordinateur. Cette transmission s'effectue généralement via Bluetooth qui représente une vulnérabilité sensible. Dans des tests, Symantec et AV-TEST ont constaté que les bracelets Fitbit se connectent à tous les Smartphones et transmettent des données, sans saisie d'un code PIN ou d'un mot de passe. Cependant, le transfert vers le cloud se fait selon les normes de sécurité actuelles.

Dès que les données de fitness se retrouvent dans le cloud, nous sommes livrés aux efforts en matière de sécurité des fournisseurs, qui s'expriment très peu sur les mesures prises pour assurer la protection des données personnelles. Comme pour tous les comptes en ligne, il est également de mise pour les comptes personnels liés à un bracelet tracker de fitness de choisir un mot de passe sûr et de le modifier régulièrement. Il ne faut pas non plus oublier que les sociétés telles que Fitbit continuent à utiliser les données collectées et peuvent aussi les revendre de manière anonymisée. On ignore si cette anonymisation suffit pour ne pas tirer de conclusions sur certaines personnes. Toute personne qui synchronise ses données avec des applis telles que Apple-Health ou S-Health doit savoir que cette synchronisation, ensemble avec les données figurant sur son propre Smartphone, permet d'établir un profil individuel très complet.

L'assurance-maladie allemande AOK Nordost a déjà créé une plateforme dont le but est de motiver les utilisateurs de bracelets de fitness à pratiquer une activité physique régulière et de prendre soin de leur santé. Pour l'instant, il est uniquement question de motivation, or nous ne sommes pas très loin d'un système de bonus-malus.

Le sport et le fitness sont deux éléments importants de notre vie. Toute personne qui souhaite trouver de la motivation grâce à un bracelet tracker doit garder deux choses à l'esprit : pour les novices, les données collectées sont très souvent difficiles à interpréter. En cas de doute, il vaut mieux demander conseil à des médecins ou des conseillers en nutrition. Aussi, lors de l'achat de l'appareil, il faut choisir un tracker qui ne présente aucune faille de sécurité connue.

Dossier:

 Liens utiles :