Cayla : jouet ou appareil d'espionnage ? Cayla, la poupée connectée interdite en Allemagne

Fotolia_47449186_Sauschnitt.jpg

On dirait un mauvais film d'espionnage : une poupée dans la chambre d'enfant qui est plutôt un appareil d'écoute, donc un outil d'espionnage ? Malheureusement, ce scénario ne relève pas tout à fait de la fiction, mais correspond plutôt à la réalité actuelle. C'est ce que pense la Bundesnetzagentur allemande. En effet, elle vient d’interdire selon le paragraphe 90 de la loi sur les télécommunications la poupée "My friend Cayla", car elle dispose d'une installation radioélectrique et d'un micro et représente donc un appareil d'écoute déguisé en poupée.

Ainsi, on peut lire sur le site Internet de la Bundesnetzagentur: " les émetteurs dont la forme imite un autre objet ou recouverts d'objets d'usage courant et qui, de ce fait, permettent d'écouter la conversation privée d'une personne à l'insu de celle-ci ou d'enregistrer l'image d'une personne à l'insu de celle-ci. Il est de même pour les objets fabriqués individuellement."

Cayla est l'une des premières poupées "intelligentes" qui peuvent se connecter à Internet et savent parler. Pour que la poupée puisse répondre, elle doit toutefois également écouter - et c'est ce qui pose problème. Ce n'est pas toujours évident de savoir quand la poupée enregistre des paroles. Il est également potentiellement possible d'écouter la connexion Bluetooth non sécurisée entre le Smartphone et la poupée. Cayla ne dispose également pas de mécanismes de sécurité, p.ex. la possibilité d'utiliser un mot de passe.

A l'origine de cette histoire se trouve Stefan Hessel, un étudiant en droit dans la Sarre, qui a plutôt découvert par hasard que Cayla enfreint la loi sur les télécommunications. Quelle est la différence avec un autre jouet "connecté" ? La "Hello Barbie" intelligente enregistre uniquement du son lorsque l'on appuie sur un bouton. De manière générale, de nombreux objets connectés, qui font partie de l'Internet des objets, posent problème quant à la protection des données et aux droits des consommateurs. La Bundesnetzagentur a annoncé de contrôler davantage de jouets interactifs et, si nécessaire, de prendre des mesures. Pour cela, les conditions du § 90 de la loi sur les télécommunications doivent toujours être respectées.

Vous trouverez de plus amples informations sur le sujet "Internet des objets" sur le site Web de BEE SECURE dans la catégorie "Internet des objets". Bien que Cayla ne soit pas (encore ?) interdite au Luxembourg, BEE SECURE recommande avant un achat de jouets connectés la lecture de notre dossier sur le thème "Smart Toys“.

Sources :