Dépendance aux jeux de hasard, à l'ordinateur et à Internet : le Luxembourg également concerné

< Menu

Un séminaire sur la dépendance aux jeux s’est tenu le 25 avril, à l'abbaye de Neumünster à Luxembourg. Non seulement l’addiction aux jeux de hasard classiques que l'on connaît dans les casinos, notamment aux machines à sous, et que l'on retrouve également dans environ 200 auberges au Luxembourg, a été longuement abordé, mais également le potentiel de dépendance aux nouveaux médias.

 

 En effet, de plus en plus de personnes passent une majeure partie de leur temps devant l'ordinateur, sur Internet et devant une console de jeu. Le but n'est pas toujours de remporter le gros lot, il s'agit souvent de simples jeux par navigateur ou en ligne, mais qui peuvent provoquer une dépendance. Ils permettent aux utilisateurs de s'échapper de leur quotidien et de se défouler dans un univers parallèle. Ces jeux ne devraient pas occuper plus de place dans la vie d'une personne que n'importe quel autre loisir mais plusieurs études ont montré qu'environ 3 % des jeunes sont considérés comme des joueurs pathologiques.

L’étude "PINTA", réalisée en septembre 2011, a dévoilé que rien qu'en Allemagne, environ 560 000 personnes âgées entre 14 et 64 ans sont accros à Internet, ce qui correspond à environ 1 % de l'ensemble de la population.  Si on limite le résultat au groupe d'âge 14 - 24 ans, le pourcentage double.

La consommation de jeux pose problème dès lors que la vie virtuelle devient plus importante que la vie réelle. Toute personne qui s'isole de la réalité risque de se marginaliser. Les amitiés et les loisirs sont négligés, la motivation et le temps libre étant entièrement investis dans le jeu.

Tout particulièrement chez les enfants et les adolescents, il est important que les parents et les proches confrontent les concernés à leur comportement. Afin de savoir si l'enfant ou l'adolescent a déjà développé une certaine dépendance, il est important de veiller aux signes suivants :

  • désir fréquent et insurmontable d'utiliser ou de jouer sur Internet
  • perte de contrôle
  • incapacité de respecter les horaires fixés ensemble
  • désintérêt de la vie réelle
  • nervosité, irritabilité et agressivité en cas de refus, de privation

La "règle canard", allégorie utilisée par le Dr Jörg Petry lors de ce séminaire, est très intéressante. A la question d'un auditeur « Comment être certain qu'un proche est accro aux jeux », Monsieur Petry répond : "Tout ce qui caquette comme un canard, marche comme un canard, ressemble à un canard est un canard !" Ce qui signifie : Lorsque tout laisse prévoir une dépendance, on doit faire face à la vérité au lieu de la refouler et accepter la réalité : il y a dépendance.

Contrairement aux jeux de hasard, une abstinence complète en cas de dépendance à Internet ou aux jeux n'est probablement pas possible. L'objectif doit donc consister à réduire la consommation de jeux ou d'Internet à une juste proportion, tout en insistant sur l'importance des loisirs alternatifs, tels que le sport et les contacts sociaux.

Afin d'éviter que les enfants ne deviennent exagérément accros à l'ordinateur, il est essentiel que les parents leur apprennent à avoir un regard critique face aux médias. Ce qui signifie soutenir les avantages procurés par les nouveaux médias (p.ex. l'accès aux informations, au divertissement et à l’interaction sociale), tout en évitant les effets négatifs (accès aux contenus malveillants, perte de contrôle, isolement, non-respect des horaires d'utilisation convenus, etc.). Les parents doivent échanger avec leurs enfants sur le sujet, établir ensemble des règles à respecter et l'importance de s’y conformer.

Les parents doivent dans le même temps s'intéresser aux jeux auxquels leurs enfants jouent. Il est non seulement primordial de jeter un coup d’œil par dessus l'épaule de l'enfant lorsqu’il joue, mais également de participer régulièrement au jeu. C'est alors au bon sens de décider si le jeu est adapté à l'enfant ou pas. En effet, si les jeux pour PC, disponibles dans le commerce, indiquent des restrictions d'âge, (même si les vendeurs du Luxembourg ne sont pas obligés de respecter ces directives) il n'existe aucun contrôle quant à l'âge adapté pour les jeux sur Internet.

Au niveau des jeux électroniques vendus dans le commerce, les indications sur l'âge minimum sont un bon repère et ne devraient pas être ignorées par les parents. Ainsi, même si un jeune de douze ans prétend que tous ses camarades jouent à tel jeu violent, cela ne veut pas dire qu'ils ont raison de le faire…