Des applications anonymes derrière le cyber-harcèlement ?

bullying-679274_1920.jpg

Sarahaha, tellonym, ask.fm, ces applis qui permettent d'envoyer des messages de manière anonyme, peuvent être source de cyber-harcèlement.

Le concept paraît sympa : l'application Sarahaha permet de faire un compliment ou d'envoyer tout autre message constructif à une personne qui utilise elle aussi cette même application. Du moins en théorie. Ask.fm, qui permet de poser des questions de manière anonyme, ou tellonym, qui mise également sur les messages anonymes, fonctionnent de la même manière. Bien évidemment, seules les personnes qui envoient des messages sont anonymes - et elles savent très bien à qui elles envoient un message. Il en résulte que outre les compliments, des insultes et des messages de harcèlement circulent sur ces plateformes.

En effet, rien de plus simple que d'insulter quelqu'un, d'envoyer des messages de haine ou de harceler une personne précise quand on reste anonyme. Sur Twitter, un utilisateur parle de Sarahaha comme une "horrible plateforme de harcèlement". Au Luxembourg aussi, des expériences désagréables ont déjà été faites. Tellonym a intégré un filtre "à insultes" qui s'active avant l'envoi du message et qui incite l'utilisateur à y réfléchir encore une fois. On peut se demander si ce filtre empêche vraiment quelqu'un d'envoyer des messages de haine.

Le cyber-harcèlement est un problème à prendre au sérieux et ne devrait pas être traité à la légère avec des phrases types, telles que "C'est comme ça sur Internet". Le harcèlement peut avoir des conséquences graves, de problèmes psychiques, telles que dépressions, aux pensées suicidaires. Raison pour laquelle il est important de parler avec les enfants et les jeunes de ces applications anonymes et de leur utilisation.

Quelques conseils :

 

Sources : Spiegel Online | Europe1
Photo : pixabay.com