Des chats qui parlent et autres hoax : comment reconnaître les canulars ?

newsthumb-nhs-falschinformationen.png

Le 1er avril, il est coutume de faire des blagues et les fausses informations n'ont rien d'exceptionnel ce jour-là. Nombreux sont les médias et les entreprises qui s'amusent à tromper leur public avec des informations et annonces loufoques. Malheureusement, de nombreuses fausses informations circulent également les autres jours de l'année sur la Toile. BEE SECURE met la lumière sur les fausses informations actuelles, les "hoax".

Talking Tom/Angela/Ginger

Un hoax qui circule actuellement est celui de "Talking Tom", "Talking Angela" ou "Talking Ginger" : un chat qui parle aux yeux particuliers. En effet, la rumeur dit que l'application amusante "Talking Angela" serait en fait dirigée par des pédophiles, dont les contours se verraient dans les pupilles du chat.  L'application poserait également des questions intimes aux enfants, notamment où ils habitaient et s'ils avaient un(e) petit(e) ami(e). Bien évidemment, l'appli n'est pas surveillée par des pédophiles et aucune donnée personnelle n'est enregistrée. Il existe toutefois un "mode enfants" - lorsque celui-ci est désactivé, l'appli pose également des questions plus "adultes", p.ex. le prénom du conjoint. Puisque le mode enfants peut être désactivé par un simple clic, cela peut arriver facilement par accident - d'où la rumeur.

Version WhatsApp Gold

Les deux messages sont diffusés via les statuts Facebook ou une chaîne de lettres sur WhatsApp. Actuellement, le hoax sur la "version gold" circule à nouveau sur le service de messagerie WhatsApp, une version qui aurait des fonctions spéciales. Ce hoax existe depuis longtemps, mais : il n'existe pas de version gold de WhatsApp et toute application qui prétend l'être est sûrement un logiciel malveillant !

Comment reconnaître un hoax ?

Les hoax se caractérisent par le fait qu'ils ne disposent pas de sources sérieuses, qu'ils sont souvent rédigés avec un ton de panique et qu'ils incitent le lecteur à les diffuser. Il s'agit également souvent de chaînes de lettres sur WhatsApp. Des pages, telles que Mimikama.at (en allemand, site Web autrichien) ou Snopes (en anglais), informent sur les hoax actuels et disposent de grandes archives. Une simple recherche Google selon le schéma "mot-clé hoax" (p.ex. "Blue Whale Hoax") permet de démasquer rapidement les hoax. Les fausses informations sur les réfugiés sont recueillies et démasquées sur hoaxmap.org. En cas de doute : réfléchir avant de cliquer ! Et ne pas transmettre, mais vérifier ou attendre !

Plus d'informations :

Dans notre dossier sur les fausses informations sur Internetglossaire de BEE SECURE le terme hoaxnous nous sommes penchés en détail sur les chaînes de lettres sur WhatsApp

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les fausses informations tout en vous amusant, n'hésitez pas à jouer au "Fake News Bingo" sur saferinternet.at.

Ressources en ligne :

Sources :