Enfant influenceur : un modèle de réussite controversé

Influencer-Kid.jpg

La plateforme vidéo YouTube est désormais indissociable d'Internet. Chaque jour, des milliards d'utilisateurs visitent le portail vidéo et sont divertis par le contenu présenté. Beaucoup de youtubeurs jouissant d’une grande notoriété utilisent leurs talents pour faire la promotion de produits. Même les enfants promeuvent avec succès des produits sur YouTube. Cette pratique est parfois sévèrement critiquée. Dans cet article, BEE SECURE met en lumière le travail des « kidfluencers ».

"Kidfluencer" : l'exemple de Miley

Miley est l’une de ces "kidfluencers". Elle a neuf ans, vit en Allemagne et plus de 720 000 personnes suivent l'intimité de sa vie, qu'elle révèle sur YouTube et Instagram presque tous les jours. Le contenu de ses vidéos se base sur la vie classique des enfants : Miley joue avec de la pâte à modeler, écoute les audios de Bibi Blocksberg et participe à des fêtes d’anniversaire d’enfants ; d'autre part, elle suit les modèles éprouvés de youtubeurs adultes, par exemple quand Miley fait des « pranks » à sa mère, s'amuse avec elle et la fait filmer par une caméra. Tout comme ses collègues adultes, Miley utilise sa notoriété pour promouvoir des produits de façon ciblée. Par exemple, Miley fait de la publicité pour la pâte à modeler Play-Doh, tandis qu'elle et son frère aîné organisent un « Concours de pâte à modeler Play-Doh ». Bien que Miley soit un jeune visage publicitaire pour différentes entreprises, ce sont ses parents qui gèrent le compte YouTube et planifient les placements de produits. Dans une interview avec « Zeit Online », les parents de Miley ont déclaré qu'ils avaient même abandonné leur emploi, car ils gagnaient déjà suffisamment d’argent grâce au compte YouTube de leur fille.

Miley est l'une des plus grandes influenceuses pour enfants. Actuellement, il existe environ 30 000 youtubeurs semblables en Allemagne. Leurs fans ne viennent pas seulement d'Allemagne, mais aussi de France, d'Autriche, de Suisse et du Luxembourg. Au Luxembourg, le nombre de « kidfluencers » est encore faible, mais les enfants et les jeunes luxembourgeois s'orientent également vers des influenceurs français, anglais ou allemands grâce à leurs compétences linguistiques.

Publicités sur YouTube

La plate-forme vidéo YouTube, commercialisée à l'origine sous le slogan « Broadcast yourself » (qui pourrait se traduire par « Diffusez-vous »), a joué un rôle de plus en plus important dans la stratégie publicitaire des entreprises ces dernières années. Ceci s'explique par plusieurs facteurs : les youtubeurs interagissent étroitement avec leurs fans et sont même considérés comme des modèles, en particulier par les jeunes téléspectateurs. Leur grande notoriété aide également les youtubeurs à présenter leur contenu et leurs formats à un large public. Ce sont toutes des caractéristiques que les entreprises souhaitent associer à leurs produits, c'est pourquoi elles paient souvent les youtubeurs pour un placement de produit. Contrairement à la publicité télévisée, par exemple, qui est plus facile à reconnaître comme publicité pour les téléspectateurs, la publicité sur YouTube est souvent moins transparente, car la publicité - surtout celle effectuée par des enfants - n'est souvent pas reconnue comme telle. Dans le passé, ce phénomène a engendré des procès en Allemagne à plusieurs reprises, lors desquels des youtubeurs ont été accusés de publicité clandestine, pour mener, finalement, à un durcissement de la situation juridique. Le tribunal régional supérieur de Celle a jugé que la publicité devait être clairement identifiée comme telle au début de chaque contribution. Cependant, si les youtubeurs ayant l’âge légal sont légalement autorisés à conclure des contrats publicitaires avec des entreprises, dans le cas des kidfluencers, ce sont les parents qui négocient avec les entreprises.

Des enfants stars sur YouTube – un sujet controversé

Les enfants et les jeunes qui téléchargent des vidéos sur YouTube sont particulièrement précieux pour de nombreuses entreprises, car ils ont la possibilité de présenter des produits de leur âge qui leur sont spécialement dédiés. L’âge et les intérêts communs aident particulièrement les enfants à s'identifier aux jeunes influenceurs et à les considérer comme des modèles à suivre. Par conséquent, les jeunes spectateurs tentent de les imiter en portant et en possédant les mêmes marques. Toutefois, ce qui suit s'applique toujours : selon un arrêt de la Cour fédérale de justice du 17.07.2013, il est interdit en Allemagne d'adresser des appels à la vente directs aux enfants selon le §6 du traité d’État pour la protection des jeunes dans les médias, comme le précise le président de la Landesanstalt für Kommunikation Baden-Württemberg (LFK), Wolfgang Kreißig. Par conséquent, de nombreux produits promus sont simplement présentés et placés ensuite dans la description vidéo via des « liens d'affiliation ». Un « lien d'affiliation » est un lien vers un produit spécifique. Si une personne intéressée achète le produit après avoir cliqué sur le lien, le créateur du lien reçoit une commission.

Des critiques tels que Roland Rosenstock, professeur de formation aux médias, soulèvent la question de savoir dans quelle mesure les enfants sont instrumentalisés par leurs parents pour faire de la promotion de produits. Dans une interview avec DeutschlandFunk.de, il déclare que les enfants, comme la petite Miley mentionnée au début de cet article, ont droit à une enfance normale. Il voit cette enfance « normale » menacée par les nombreux aperçus de la vie privée de Miley.

YouTube – une plate-forme sécurisée pour les enfants ?

Bien que de nombreux formats vidéo sur YouTube soient destinés aux enfants, YouTube n'est pas en soi une plate-forme sécurisée pour les enfants. Même si YouTube fonctionne avec un système de contrôle parental intégré qui demande une vérification d’âge pour accéder aux contenus faisant l’apologie de la violence ou inappropriés, il est très facile de contourner ce problème en indiquant simplement un âge plus élevé lors de la première inscription. De plus, la plateforme ne reconnaît pas toujours si un contenu est approprié pour les enfants ou non. L'application appelée YouTube Kids utilise également l'intelligence artificielle et des aides humaines pour filtrer les contenus inappropriés pour les enfants. Pourtant, cette application n'offre pas une protection complète. Autre problème : le manque de transparence déjà mentionné des mesures publicitaires sur YouTube, qui ne sont pas reconnues comme telles par de nombreux enfants.

BEE SECURE conseille aux parents d'accompagner leurs enfants lorsqu'ils utilisent YouTube et YouTube Kids. Parlez à votre enfant des vidéos qu'il regarde sur YouTube et expliquez-lui qu'en plus des nombreux contenus adaptés aux enfants, il existe sur le site beaucoup de contenus qu'il ne devrait pas regarder. En cas de questions, vous pouvez toujours vous adresser à la BEE SECURE HELPLINE.

 

En savoir plus :

Sources : klicksafe.de, , Süddeutsche.de, , Deutschlandfunk.de, , Spiegel.de, , Zeit.de, , Swr.de