L'informatique au féminin : Journée internationale des femmes et des filles de science

Margaret_Hamilton.gif

Les sciences naturelles, et notamment l'informatique, sont traditionnellement considérées comme un "domaine masculin". Aujourd'hui, le 11 février, est la Journée internationale des femmes et des filles de science (International Day of Women and Girls in Science), proclamée par les Nations Unies afin de souligner que les femmes ne sont toujours pas représentées à titre égal dans les sciences naturelles. Dans le monde entier, environ 28 pour cents des scientifiques sont des femmes, dans l'UE il s'agit d'un tiers. En ce qui concerne les étudiants, les chiffres sont un peu meilleurs : 38 pour cents des étudiantes font des études de mathématiques, d'informatique, de sciences naturelles ou de technologie. L'objectif de cette journée est de lutter contre les stéréotypes et de souligner les performances des femmes dans les sciences naturelles1.

Chez BEE SECURE, nous sommes également convaincus que l'ordinateur et l'informatique sont des sujets auxquels tout le monde peut s'intéresser. Dans nos formations BEE SECURE, nous aimons parler des performances exceptionnelles de l'informaticienne Margaret Hamilton. En tant que ingénieure logiciel chez MIT, elle a programmé le logiciel de commande pour le programme spatial Apollo. Son logiciel a reconnu une erreur des astronautes et a ainsi rendu possible le premier alunissage, qui aurait été annulé autrement. Son code était tellement probant et concluant qu'il a été adapté pour d'autres missions spatiales. A la fin de l'année dernière, le président américain Obama a décoré Hamilton de la Presidential Medal of Freedom. A la NASA ont également travaillé trois femmes, Dorothy Vaughan, Mary Jackson et Katherine Johnson qui, en tant que mathématiciennes et ingénieures, ont élaboré des plans de vol pour les premiers vols spatiaux habités des États-Unis. Leur histoire se retrouve actuellement au cinéma avec le film "Hidden Figures".

L'informatique a d'ailleurs été inventée par une femme : Ada Lovelace a développé en 1842 le premier algorithme et donc le premier programme informatique  – pour un ordinateur qui n'existait que sur papier à l'époque. Elle était la première à se rendre compte que les "calculateurs" pouvaient non seulement être utilisés pour des problèmes mathématiques, mais également pour de nombreuses applications. Non seulement un langage de programmation doit son nom à Ada Lovelace, mais également un prix de la "Computer Society" britannique. Tous les ans, à la mi-octobre, est fêté le "Ada Lovelace Day" dont les objectifs sont similaires de ceux du International Day of Women and Girls in Science, à savoir encourager les femmes dans les mathématiques, l'informatique, les sciences naturelles et la technologie.

Au Luxembourg, il existe quelques initiatives qui s'adressent notamment aux femmes et aux filles qui s'intéressent à l'informatique. GeekGirlsCarrots organisent des réunions, des ateliers etc. afin de mettre en relation les femmes dans le monde de la technologie de l'informatique au Luxembourg. Les Rails Girls Luxembourgorganisent plusieurs fois par an des ateliers sur le langage de programmation Ruby on Rails, permettant ainsi à tout chacun de débuter facilement dans le monde de la programmation. L'organisation WIDE, Women in Digital Empowerment met en relation et aide les femmes dans les professions numériques. Elle organise régulièrement des rencontres et des ateliers.

Sans oublier la communauté luxembourgeoise des hackeurs syn2cat, où tout le monde, les jeunes et les moins jeunes, est la bienvenue afin d'échanger ensemble sur tous les sujets et pratiques de programmation, de hacking, de technologie de l'informatique et de culture d'Internet.

 

Liens intéressants :

Image:

https://en.wikipedia.org/wiki/File:Margaret_Hamilton.gif

1Sources:
http://www.unesco.org/new/en/unesco/events/prizes-and-celebrations/celebrations/international-days/int-day-of-women-and-girls-in-science/international-day-of-women-and-girls-in-science-2017
http://www.boeckler.de/61858.htm