Pokémon Go : une chasse aux monstres dangereuse ?

news-pokemongo.jpg

Depuis 20 ans, il est possible de capturer dans des jeux vidéo d'adorables monstres et de les faire combattre : le phénomène Pokémon de l’éditeur de jeux japonais Nintendo conquiert depuis deux décennies les enfants, les adolescents et de plus en plus les adultes. Et comme à l'époque les versions Gambeboy, le jeu de cartes et le dessin animé avaient envahi les cours de récréation, depuis quelques jours, un nouveau jeu connaît un succès planétaire : avec "Pokémon Go", les Pokémons ont réussi à se faire une place dans l'univers du Smartphone.

Le jeu se base sur le principe de la "réalité augmentée". Pour pouvoir jouer au jeu, le dresseur de Pokémons à en devenir doit quitter sa maison. Sur une carte semblable à Google Maps, outre les rues, des "PokéStops" et des arènes sont indiqués à certains endroits spécifiques, tels que statues, détails sur les façades des maisons, édifices spécifiques. Les données sont issues du jeu "Ingress", un jeu de réalité augmentée qui a été développé par la même entreprise et qui incitait ses utilisateurs à soumettre ces endroits. Des objets peuvent être récoltés à ces PokéStops, tandis qu'il est possible de combattre d'autres Pokémons dans les arènes.

Lorsqu'un Pokémon apparaît à l'écran, le dresseur peut passer en mode capture en tapotant sur l'écran. Dans ce mode, les joueurs voient une image du monde réel à travers l'appareil photo de leur Smartphone où s'affiche le monstre virtuel - en faisant glisser leur doigt sur l'écran, ils peuvent attraper le Pokémon à l'aide des fameuses balles blanches et rouges. Pour beaucoup de ceux qui ont grandi avec le phénomène des Pokémons, un rêve se réalise avec ce jeu. Comme le jeu mise pour l'instant sur les 150 Pokémons célèbres de la "première génération", Nintendo souhaite sûrement renouer avec la nostalgie de ces jeunes adultes qui connaissent Pikachu et Co depuis leur enfance.

Cependant, il faut être attentif à quelques dangers que peut représenter cette chasse aux monstres virtuelle ! D'ailleurs, l'écran d'accueil de l'application avertit immédiatement sur le risque le plus évident : avec Pokémon Go, vous risquez de garder les yeux rivés sur l'écran de votre Smartphone pendant que vous marchez. Il est recommandé de s'arrêter quelques instants, de regarder attentivement l'écran et de ne pas essayer de capturer un Pokémon lorsque l'on traverse une rue !

Les médias parlent déjà de cas où des personnes ont été agressées à l'aide de Pokémon Go. Ici aussi, la règle est la suivante : même dans les situations de jeu les plus tentantes, il est primordial de garder la tête froide pour ne pas courir de risque réel.

Sous iOS, l'application a connu un bug qui s'est résulté par le partage de toutes les données personnelles du compte Google des utilisateurs avec Niantic, l'entreprise conceptrice. Selon le fabricant, ce bug a été corrigé. Dans tous les cas, il est plus sûr de s'inscrire via un compte dans le "Pokéclub" que d'utiliser le login du compte Google.

Comme l'application n'est pas encore proposée dans tous les Google Play Stores du monde, de nombreux joueurs ont eu recours à des fichiers d’installation de fournisseurs tiers. Cela ne devrait pas poser problème sur des sites tels que apkmirror.com, car les fichiers sont testés et peuvent être évalués par d'autres utilisateurs. Mais, comme des versions du jeu infectées par des Chevaux de Troie ont déjà circulé, il est recommandé de patienter encore quelques jours et d'attendre que le jeu - garanti sans logiciel malveillant - soit disponible dans le Play Store officiel.

Aussi, il ne faut pas oublier que l'utilisation des informations géographiques en dit beaucoup sur notre vie personnelle, p. ex. les chemins que nous empruntons tous les jours. Il revient au joueur de décider si le jeu doit absolument être utilisé dans toutes les situations ou s'il n'est pas plus judicieux de préférer un recours à un usage restreint des données au plaisir du jeu.

 

D'autres liens :