Un lien via Facebook ? Attention aux logiciels malveillants !

facebook. trojan.jpg

Actuellement plusieurs formes de logiciels malveillants circulent sur Facebook. Chaque jour, ils font des milliers de victimes.

La plupart du temps, quand nos amis nous envoient des liens par tchat ou message privé, nous les ouvrons sans réfléchir et sans douter de rien, puisque justement le message provient d'une connaissance. Mais attention : c'est précisément de cette manière-là que les chevaux de Troie se propagent sur les ordinateurs.

Malheureusement la plupart du temps le lien en question ne nous permet d'identifier sa provenance réelle. De plus, des abréviations tentantes du genre « OMG » (« Oh my God ») ou « WTF » (« What the f*** ») suscitent notre curiosité à l’ouvrir. Mais ce clic suffit pour envoyer automatiquement le malware à toute notre liste d'amis. En même temps, le cheval de Troie s'exécute en arrière-plan et peut désormais accéder à notre ordinateur, ainsi qu'à tous les fichiers.

(Plus d'infos sur cette arnaque chez Mimikama.)

La même tactique est utilisée sur des statuts Facebook « infectés ». Le nom de la victime apparaît dans le statut d'un ami ayant apparemment partagé une vidéo. En cliquant sur la présumée vidéo, la victime télécharge automatiquement et sans s’en rendre compte, le logiciel malveillant. Parallèlement, le cheval de Troie accède au profil de la victime pour partager, au nom de ce dernier, le même lien infecté avec d’autres amis, victimes à leur tour ! Le malware réussit ainsi à s’assurer un rayon d’infection de plus en plus large.

(Plus d'infos sur cette arnaque chez Mimikama.)

Jamais le taux d'infection sur Facebook n’a été aussi élevé qu’actuellement. Il est par conséquent plus qu’indispensable de réfléchir avant de cliquer ! Respectez également les consignes de sécurité dans ce domaine, comme par exemple celle d'utiliser et de régulièrement mettre à jour votre programme antivirus.

Des sites comme Mimikama (allemand) ou Hoaxbuster (français) vous renseignent sur les arnaques et les dangers du web.