Comment réagir en cas de Hate Speech ?

Il existe différentes possibilités de réagir en cas de Hate Speech :

Ignorer : un conseil précieux est "Don‘t feed the Troll" (Ne nourris pas le troll) : il est question de ne pas nourrir de réactions l'auteur (considéré ici comme "troll", mais pas tous les trolls sur Internet sont des auteurs). Dans certains cas, ignorer est la meilleure réaction, car les auteurs n'obtiennent pas la satisfaction escomptée, à savoir que leur message a été entendu par quelqu'un. Cependant, les internautes qui lisent les messages ont l'impression que tout le monde approuve les propos haineux. Raison pour laquelle il est recommandé de réagir de manière argumentée.

Bloquer : se protéger soi-même avant tout ! Si ta page ou ton profil sont inondés de commentaires injurieux, tu as parfaitement le droit, voire même l'obligation, de les supprimer et de bloquer l'auteur. Tu as toujours le "droit de domicile" sur tes pages, raison pour laquelle tu ne dois pas te laisser persuader que tu ne respectes pas la liberté d'expression de l'auteur ou que tu exerces la censure. Tu n'accepterais sûrement pas qu'une personne t'insulte chez toi, dans ton salon. Il va de même pour ton espace virtuel.

S'opposer : Avec les stratégies d'argumentation "Se renseigner", "Identifier", "Se Défendre" et "Démasquer", il est souvent possible de couper court au Hate Speech. Si le Hate Speech est un malentendu, le fait de Se renseigner permet souvent d'y voir plus clair.  Identifier permet de signaler les discriminations en tant que telles. Elles deviennent ainsi reconnaissables pour les autres internautes qui lisent les propos.  Se Défendre vise à déémotionnaliser  l'argumentation du vis-à-vis et à fournir des indications concrètes à l'aide de contrarguments neutres.  Démasquer a une approche similaire : les théories de complot et les mythes sont réduits à néant avec des faits neutres et compréhensibles. La stratégie à adopter dépend du type de propos. Lorsque l'on s'oppose, il est important de faire attention à soi-même et de ne prendre aucun risque ! Vous trouverez un aperçu détaillé des différentes stratégies d'argumentation et leur application dans notre dossier "discours de confrontation" [Lien]. Les rédactions et les gestionnaires de communautés y trouveront également des conseils sur la manière de gérer les propos haineux sur leurs pages.

Présenter des solutions alternatives : avec tes propres pages ou groupes, tu peux lutter contre la haine et montrer qu'il est possible de mener le débat autrement. Bien évidemment, nous n'avons pas tous les ressources pour poursuivre de tels projets sur une longue durée. Si tu trouves des exemples positifs, tu peux toujours les partager sur les réseaux sociaux et montrer ainsi qu'il existe, outre le Hate Speech, de nombreuses histoires respectueuses et positives sur Internet.

Signaler : une possibilité de lutter contre les propos haineux sur Internet est de les signaler systématiquement. La plupart des réseaux sociaux disposent de boutons qui permettent de signaler des contenus indésirables. Cependant, rares sont les pages qui suppriment systématiquement le Hate Speech.  L'interprétation très large de la liberté d'expression aux États-Unis est souvent l'une des raisons, le manque de ressources financières et personnelles peut également être décisif. Cela ne doit toutefois pas t'empêcher de signaler le discours haineux – plus les signalisations sont nombreuses, plus les gestionnaires de la page se rendent compte qu'il s'agit d'un problème à prendre au sérieux. Aussi, l'interprétation de Facebook ne protège pas les citoyens luxembourgeois de poursuites pénales.

Porter plainte : ce qui est punissable hors ligne l'est également en ligne. Il est important que tu aies des preuves du Hate Speech sous forme de captures d'écran. Au Luxembourg, il est possible de signaler tout propos haineux en ligne, via la BEE SECURE Stopline (http://stopline.bee-secure.lu). L'équipe de la Stopline vérifie chaque signalement et transmet les contenus illégaux à la police. Il est également possible de porter plainte directement auprès de la police. Ici aussi : même si les chances de réussite sont infimes, de nombreuses plaintes prouvent aux autorités et aux décideurs qu'un problème existe et qu'il est probablement nécessaire d'agir. Depuis plusieurs années, des personnes sont régulièrement condamnées au Luxembourg dans des affaires de Hate Speech.