Jeux vidéo

Enfin rentré ! Christopher se précipite dans sa chambre pour allumer son ordinateur. Il se connecte et le jeu peut commencer. Il ne se rend même pas compte que sa sœur, puis sa mère viennent de rentrer. Cette dernière se tient dans l'encadrement de la porte et demande s’il a fait ses devoirs. "Déjà faits !" Christopher n'interrompt même pas le jeu. Sa mère l'appelle plusieurs fois pour qu'il vienne dîner. A contrecœur et avec une tête qui bourdonne, Christopher descend avant de retourner une demi-heure plus tard dans sa chambre pour continuer à jouer jusque tard dans la nuit. 

La fascination pour le monde des jeux vidéo

En ce qui concerne les jeux vidéo, il est nécessaire de faire une différence entre les jeux de type Tetris et ceux qui emportent le joueur dans un monde parallèle virtuel. Les jeux de rôle en ligne attirent des millions de personnes. Les raisons en sont nombreuses : endosser une nouvelle identité, évoluer dans un monde non réel (ce que je fais dans le jeu n'a aucune conséquence sur le "moi" réel, le monde virtuel permet donc de faire des choses que l'on ne fera jamais dans la vie réelle), la solidarité au sein d'une communauté ou l'infinité du jeu ne sont que quelques-unes de ces raisons. Pas étonnant que de nombreuses personnes jouent trop. Cette surconsommation est néfaste pour la santé, si bien que de plus en plus de pays s'intéressent aux cas de "dépendance aux jeux vidéo" et créent des centres de traitement pour les personnes concernées.

Voir aussi:

Les symptômes d'une consommation excessive de jeux vidéo

Passer trop de temps devant les jeux vidéo se manifeste non seulement par des signes typiques (voir "Surconsommation – les signes"), mais aussi physiquement. En effet, au lieu de bouger, de sortir et de prendre l'air, le joueur passe tout son temps assis devant l'écran.

  • Il a mal au dos et, même s'il n'a pas pratiqué une activité physique, il se sent fatigué et épuisé.
  • Les yeux se sont habitués à la clarté de l'écran et se fatiguent quand il est éteint.
  • Pendant le jeu, le joueur est très concentré, mais dès que l'ordinateur s'éteint, il rencontre des difficultés de concentration.
  • Le joueur s'est peut-être déjà senti nerveux à l'école ou au bureau parce qu‘il n'a pas pu continuer le jeu pour une raison ou pour une autre.
  • Certains gamers endurcis oublient même de manger ou de boire pendant le jeu. Ils perdent alors beaucoup de poids. D'autres mangent constamment sans interrompre le jeu.
  • A un stade avancé de leur dépendance, les personnes accros aux jeux vidéo négligent aussi souvent leur propre hygiène corporelle. Seule la vie de l'avatar compte.

Alors halte ! La vie réelle a bien plus de choses à offrir que sa pâle copie virtuelle. Les jeux sont et doivent rester un passe-temps amusants de temps à autre – rien de plus. Cocher l'un des problèmes décrits ci-dessus est un indicateur qui doit attirer l’attention sur un éventuel problème de surconsommation.

Pour une utilisation saine des jeux vidéo

Les jeux vidéo sont amusants et ne devraient pas être diabolisés. Cependant, lorsque les premiers signes de dépendance apparaissent, le besoin de jouer l'emporte souvent sur le plaisir. Pour ne pas en arriver là, il faut se poser des limites claires.

  • Aucun jeu au monde n'est plus important que la vie réelle. C'est ce que l'on doit garder en tête.
  • Il peut être utile de se poser des limites avant de commencer à jouer, p.ex. "Aujourd'hui, je veux accomplir cette mission/réussir ce niveau, puis j'arrête" ou "Aujourd'hui, je vais jouer une heure".
  • Faire appel au bon sens : Celui qui voit trop grand ("Aujourd'hui, je finis le jeu" ou "Aujourd'hui, je vais jouer 5 heures d'affilée"), ne se rend pas service.
  • Pour toute heure passée devant l'ordinateur, on devrait passer au moins une heure hors ligne, p.ex. activités sportives, culturelles ou familiales.